ECOLOGIE INTEGRALE

De BIMBY PRO 3.0
Aller à : navigation, rechercher


L'écologie est la discipline introduite en 1866 par le biologiste allemand Ernst Haeckel, des relations entre les êtres vivants et leur environnement. Elle est devenue une préoccupation politique majeure tant de protection que d'aménagement de l'environnement face à la démographie humaine et la pollution qui en résulte si l'impact n'en est pas minimisé sur notre support de vie, la Terre.


En 1889, le mathématicien français Henri Poincaré, à mathématiquement découvert la nature complexe de l'environnement naturel et introduit la compréhension de son chaos déterministe et des attracteurs, conduisant aux approfondissements de ses aspects quantiques (Plank), relativistes (Einstein), mathématiques (Thom, théorie des catastrophes, Per Bak, auto-organisation-critique), informatiques (binaire), diktyologiques (de diktyos, "réseau" en grec), etc. fondamentaux de la tenségrité (R.B. Fuller biologie et de ses écosystèmes.


Ce faisant, nous avons appris que tout n'était fractalement (c'est à dire indépendamment de l'échelle) que réseaux de réseaux avec pour pour limite fractale l'ultime insécable de Démocrite que nous avons trouvé dans le bit (0 ou 1), assorti de la richesse infinie de la nature : le qbit.


Un livre fameux était "de l'atome à l'étoile". Nous y sommes écologiquement : du bit à l'univers, le catalyseur intellectuel qu'est l'ordinateur nous rapproche de la capacité de comprendre, de protéger et mieux s'inserrer un univers que nous savons maintenant être l'équilibre binaire infiniment dépendant de la juste place écologique de tous ses composants.

Dans toute démarche écologique, il est aujourd'hui donc nécessaire de comprendre que notre environnement est ultimement binaire comme il est infini, et que selon le principe cosmologique d'Einstein, chaque point est le centre de son univers, au sein d'un infini agrégat multiversel où chacun à la responsabilité de l'écologie de celui des autres.


Il en résulte que toute recherche d'équilibre de vie humaine dépend de la précaution de chacun, non seulement dans le présent, mais dans le temps : la plus grande des pollutions que nous puissions créer, et nous nous y acharnons en mal construisant les maisons, les villages et la ville, est la pollution du futur que nos enfants et les enfants de nos enfants auront à assumer.


C'est en considérant l'écosystème humain intégral que nous pouvons de manière responsable comprendre l'intercomplémentarité écologique au sein d'un urbanisme intelligent qui ne tue pas mon arbre et ne pas nous envoyer tous au chômage en construisant des villes à la campagne et des usines et des bureaux à l'autre bout de ces villes, au temps du travail en ligne et de l'intelligence répartie !